Quatre façons de travailler le fond (et la forme) en extérieur

Le printemps est là; les oiseaux chantent, la végétation renaît et les terrains sont plus secs (ou pas…). C’est la période où beaucoup de cavaliers délaissent le manège pour aller se balader. Mais comment entretenir le travail hivernal tout en profitant des chemins de balades ?

Vous allez découvrir comment vous servir des éléments que vous propose la nature pour muscler, équilibrer et garder concentré votre cheval.

Les mouvements de terrains??‍♀️

Si vous avez la chance d’être à proximité de terrains vallonés, profitez-en ! Ils sont de vrais alliés pour renforcer musculature et équilibre du cheval, comme du cavalier.

Un excellent exercice consiste à garder votre monture au pas lorsqu’il monte une côte; l’empêcher de trottiner va l’obliger à travailler dos et fessier. Pensez à vous mettre en suspension pour le soulager (et cela vous fera aussi travailler les muscles, il n’y a pas de raison qu’il n’y en ait qu’un seul qui bosse ?).

Les sous-bois ?

Les sous-bois permettent d’évoluer autour des arbres et ainsi de travailler la direction : 8 de chiffre (en changeant l’incurvation ou, au contraire, en alternant cercle incurvé et cercle contre-incurvé), cercles (en variant incurvation et contre-incurvation), slaloms (ceux qui savent changer de pied en l’air vont s’amuser ! Ceux qui travaillent le contre-galop aussi ?)…

Bref, il y a tout un tas d’exercices à imaginer grâce aux arbres.

Les cours d’eau?

Si le sol est stabilisé et praticable en toute sécurité, faire évoluer son cheval dans un cours d’eau est un excellent exercice, que ce soit en vue d’une rééducation musculaire ou tendineuse ou tout simplement pour l’aider à prendre de la masse musculaire et améliorer sa condition cardiaque.

Naturellement, plus le niveau de l’eau sera haut, plus l’effort que devra fournir votre cheval sera grand et la pression autour de ses jambes sera élevée. Ainsi, marcher dans l’eau est parfait pour diminuer les engorgements et faire prendre de la masse musculaire. Si le niveau de l’eau monte au dessus des genoux, quelques minutes de promenade suffiront (surtout au début si votre cheval n’en a pas l’habitude) : c’est bénéfique mais éreintant !

Les chemins stabilisés

Et oui, un simple chemin dont le sol est suffisamment souple et stable peut permettre de travailler efficacement (ne faites pas cela sur une route à trafic routier, il n’y avait juste pas d’autre emoji ?).

Travail de transitions, travail latéral… Les chemins sont parfaits pour vous exercer aux cessions à jambes, épaules en dedans et autres appuyés. Vous gagnerez en légèreté, équilibre et concentration.

C’est, par ailleurs, aussi une bonne solution pour canaliser un cheval un peu distrait que de l’occuper en lui demandant ce type d’exercices.

Si votre cheval connait (ou a connu) des soucis physiques, pensez à demander l’avis de votre vétérinaire avant de lui demander un effort particulier. Certaines pathologies demandent, en effet, de prendre des précautions et d’éviter certaines situations (courbes serrées, terrain en pente, type d’effort particulier trop important…)

Crédits photos : cavalière de grand pré

You May Also Like