Chasseurs et équitation d’extérieur : comment en profiter au mieux, en limitant les risques ?

Le mois de septembre rime pour la plupart des départements français avec ouverture de la chasse ! Et chaque année, c’est le même problème : comment continuer de partir en balade à cheval en sécurité ?
Dans cet article réalisé en collaboration avec Alexandra Mailliard, spécialiste en éthologie appliquée, vous trouverez des conseils et des astuces pour profiter de la beauté de l’automne en extérieur malgré les coups de fusil.


Avant de partir 🍂

✅ Informez-vous des chasses programmées dans les jours à venir.

Certaines communes indiquent les grandes chasses et les territoires traversés (a priori). Cela vous permet d’adapter votre parcours.

Choisissez un parcours sans embûches

Évitez les chemins avec des branches basses, les chemins étroits qui risqueraient de vous blesser les genoux, etc. En cas de galopade intempestive ou d’urgence, vous serez moins vulnérables.

Mettez de la couleurs autant que possible : tapis de selle, guêtres, écharpes…

Décorez-vous et votre cheval comme un sapin de Noël. Investissez dans la couleur et le brillant ! Vous trouverez des bandes réfléchissantes (à poser sur le filet, le licol ou les guêtres), des couvre-reins fluos, des gilets fluos en sellerie ! Le mieux est d’adopter les mêmes couleurs que celles des chasseurs, cela les rend plus vigilants. En général c’est le orange.
Pour couronner le tout, vous pouvez également investir dans une clochette à attacher sur vous ou votre cheval. Avant de partir en balade avec vos clochettes, habituez votre cheval à pied, puis monté, dans un environnement qu’il connait.

✅ Pour aller plus loin et pour ceux qui le veulent : allez discuter avec les chasseurs

Association, comité… Il est toujours intéressant d’instaurer un dialogue pour que chacun se comprenne et puisse faire des compromis. Les chasseurs ne connaissent pas toujours bien ce qui peut effrayer un cheval, ni leur responsabilité en cas d’accident déclenché par leurs actions (un cas récent a fait jurisprudence en condamnant un propriétaire de chien qui avait effrayé un cheval).

Pendant la balade 🐗

  • Sortez groupé. Et restez groupé.

Vous serez plus facilement repérable ! Évitez de laisser trop de distance entre les chevaux (le fameux dernier à la traine qui embarque tout le monde dans son galop parce-qu’il a eu peur…).

En groupe, on évite toutefois les sorties entre jeunes chevaux ou chevaux ayant peu l’habitude de la balade.  Si vous le pouvez, sortez avec un ou deux chevaux ayant l’habitude des promenades en période de chasse ou des chevaux peu émotifs. Ça rassure tout le monde et ça modère les départs au galop au premier coup de fusil. Les chevaux les moins émotifs sont idéalement en tête et en queue de balade pour encadrer les plus émotifs.

  • Gardez de la visibilité

Plus les espaces sont ouverts, mieux vous appréhender le danger potentiel et mieux on vous voit. Si les chasseurs vous ont vu, ils n’ont pas le droit de tirer dans votre direction. Si c’est le cas, appelez le 17.

  • Signalez-vous

En plus ou à la place de la clochette : papoter, chanter, faire du bruit. Cela a deux vertus : avertir les chasseurs que vous êtes là. Prévenir les proies des chasseurs, ainsi elles s’écartent de votre chemin, les chasseurs n’y viendront pas, voire vous sauverez la mise aux animaux !

  • Dialoguez

Si vous croisez des chasseurs, essayez de savoir où se déroule la chasse et voyez avec eux les chemins que vous pouvez emprunter en toute sécurité.

Sangliers traversant la route ©Milverton18

👉Le saviez-vous ?
LLes chevaux qui vivent au pré à proximité des terrains de chasse apprennent seuls à s’habituer aux coups de fusil et aux bruits de la chasse. Ils font donc, en général, des chevaux plus fiables, et moins émotifs pour partir en promenade durant  cette période.


Le mot de Ca Mikaze 🐴

“A l’état naturel, je suis une proie et mon inquiétude en temps de chasse est liée à mon instinct de proie. L’odeur de l’animal chassé, l’excitation des prédateurs sont autant de facteurs qui m’effrayent au-delà de tout, puisque ma survie en dépend. Je n’ai aucun moyen de savoir que ce n’est pas moi qui suis chassé.

Soyez indulgents, compréhensif. Même si la battue est loin, mon agitation et ma peur peuvent être très intenses. Rassurez-moi et éloignez-vous. Pour mon confort et notre sécurité à tous les deux.”

Article écrit en collaboration avec Alexandra Mailliard, spécialiste en éthologie appliquée. Elle est titulaire d’un DU Éthologie du Cheval (Université Rennes I). Elle est également membre de l’Association pour le Développement des Sciences Équines et participe activement au groupe “Vulgarisation des études scientifiques”. Elle propose différentes formations adressées aux particuliers comme “Apprendre à son cheval” ou un stage “Dialogue & Complicité” avec son cheval.
➡️ Pour en savoir plus : https://bucephale.blog4ever.com/.


You May Also Like